Intempéries majeures des 11-12-13 mars 2013  (15 mars 2013)

 

Octeville sous la neige en 2010

 

Dimanche 10 mars, 18h45, la Préfecture avise par téléphone (procédure habituelle) le Maire, le 1er adjoint et l'adjoint d'astreinte que des chutes de neige sont attendues, plus particulièrement dans l'est du département et qu'il y aura aussi du vent pouvant souffler jusqu'à 70 km/h en rafales. Elle ne parle pas d'interdiction de circuler pour les transports scolaires, ce qui est un indicateur laissant à penser que l'épisode neigeux devrait être modéré pour Octeville, et cela d'autant plus que nous sommes pratiquement mi-mars. Didier GERVAIS, adjoint à la voirie, est aussi prévenu, au cas où, et les premières dispositions sont prises dés dimanche soir...

 

La réalité sera beaucoup plus sérieuse qu'annoncée par les autorités (Préfecture et Météo-France) puisque le mardi, on parlera de blizzard et de phénomène climatique se produisant tous les 50 ans...

 

Congère de neige de 2 m de haut dans un jardin de Dondeneville mardi 12 mars 2013

 

De fait, les conditions météorologiques de ces 3 jours, plus spécialement le mardi 13 mars, ont été particulièrement et exceptionnellement difficiles de par la conjonction des quantités importantes de neige tombées et des vents violents. Rapidement, en de nombreux endroits stratégiques pour la circulation, tant des personnes que des véhicules, il se formera des congères, les plus importantes étant probablement situées à St Barthélémy. Sur le chemin du Golf, entre Saint Supplix et Saint Barthélemy, la neige atteignait le sommet des talus, soit une hauteur approchant les 2 mètres, sur une longueur de plusieurs centaines de mètres, ce qui est considérable. Une voiture, qui s'y était aventurée, n'était rapidement plus visible : elle avait tout simplement disparu sous la neige ! A certains endroits, de la RD940 (entre le rond-point du Pêcheur et le Café Blanc) et sur la RD147 (du coté de Sidel), nombreuses étaient les voitures immobilisées par la neige et abandonnées sur la chaussée, les accotements ou dans les décors...

 

Chemin des Quatre Fermes mardi après midi 12 mars 2013

 

 

Le dispositif mis en place dés le dimanche soir a été appliqué le lundi matin par nos services techniques de la voirie, lesquels ont largement dépassé leurs horaires habituels ce jour là et les 2 suivants. Très vite, il a été nécessaire de monter en puissance et, pour démultiplier les efforts, il a été indispensable de créer plusieurs équipes. Constatant que la situation s'était brutalement aggravée le mardi matin, Didier GERVAIS a mis en place en mairie un véritable PC de crise. Son objectif premier était d'organiser le déneigement en fonction des urgences. En effet, le réseau des voies octevillaises comprend plus de 45 kilomètres de routes reliant les hameaux et le bourg à la voirie départementale. La surface de notre commune est importante avec ses 2037 hectares, notre habitat est donc éparpillé et il est bien évident que toutes les voies communales ne peuvent être traitées en même temps. Nous nous sommes aussi appuyés sur les services de 11 agriculteurs ou maraîchers répartis sur la commune disposant, pour certains, de plusieurs engins adaptés comme les "Manitou" (engins de levage et de manutention polyvalents équipés pour la circonstance de bennes). Ils avaient chacun un secteur d'intervention défini par Didier GERVAIS. En appui des services communaux de la voirie, nos agriculteurs et nos maraîchers ont accompli un travail remarquable. Qu'ils en soient ici félicités ! Certaines personnes parlaient même d'elles comme de "leurs sauveurs". Pendant que les uns travaillaient dur au déneigement de la voirie communale, nos secrétaires répondaient aux 250 appels téléphoniques qui arrivaient en mairie. Elles notaient toutes les observations et demandes, en mettant de coté les urgences et les cas difficiles, afin qu'ils soient traités rapidement. Une très très large majorité des appelants admettaient vite qu'ils pouvaient ne pas être servis dans l'instant car ils comprenaient bien la situation et acceptaient spontanément de prendre "leur mal en patience".

 

 

Chemin des Quatre Fermes mercredi matin 13 mars 2013

 

 

Dès lundi soir, de 20 heures à 3 heures du matin, le Maire était aussi sur le terrain. Il a ramené, sur Le Havre ou dans Octeville, 5 personnes naufragées dont les véhicules étaient immobilisés parce que bloqués par la neige. La nuit était tombée depuis longtemps, il y a eu beaucoup de solidarité en ces moments plus ou moins difficiles. En effet, la tempête de neige faisait toujours rage et les conditions de visibilité étaient vraiment minimalistes. Malgré cela, nombreux étaient les Octevillais qui venaient spontanément dépanner ceux qui étaient embourbés dans des congères, souvent de 50 cm de haut et davantage, en apportant des pelles ou, tout simplement, en poussant les véhicules pour les dégager...

 

Dans la journée de mardi, force est de constater que les conditions s'étaient encore aggravées. En concertation avec le Directeur de l'école Jules Verne, l'école élémentaire a été rapidement fermée. Même chose pour l'école maternelle. Les 5 enfants, qui étaient venus à Jules Verne, sont repartis avec leurs parents après que les services de la mairie les aient contactés pour leur demander de venir rechercher leurs enfants. L'objectif premier était de limiter, autant que faire se peut, les déplacements.

 

Mardi soir, le Maire et Patrick SILORET, Conseiller municipal, avec le 4x4 personnel de ce dernier (équipé de pneus mixtes boue-neige), circulaient "en maraude" sur les voies de la commune, à la recherche de naufragés de la neige. L'objectif était de s'assurer que personne n'était en détresse.

 

 

Tout ce travail coordonné des uns et des autres a permis de dégager graduellement l'ensemble des routes communales (notre commune est aussi traversée par des routes départementales qui ont été dégagées par les services de la DDR, eux aussi très chargés). Le point le plus critique sur notre territoire fût incontestablement Saint Barthélemy car relativement isolé et relié par des voies devenues rapidement impraticables à cause de congères. En fait, la dernière voie libérée fut celle nous reliant à Fontaine La Mallet par Dondeneville. C'est un agriculteur de cette commune voisine qui l'a dégagée mercredi soir vers 17 heures.

 

 

Il était difficile de faire beaucoup mieux et plus rapidement compte tenu de toutes ces conditions particulièrement difficiles.

 

Je tiens à remercier très vivement toutes les personnes qui se sont investies pour rétablir au plus vite des conditions de circulation à peu près normales pour les Octevillais et les habitants des communes voisines. Je sais aussi que le maximum a été fait pour secourir toutes les personnes en difficulté ou pouvant l'être.

 

 

Jean Louis ROUSSELIN

Maire

 

 

La liste « Octeville-demain »

 

 

copyright (c) 2008 Octeville-demain